The Anchoress – The art of losing

Indie Rock 4.0 out of 5.0 stars

Après un premier album acclamé par la critique, la multi-instrumentiste galloise Catherine Anne Davies alias The Anchoress revient en force avec un nouvel opus intitulé The Art of Losing. Écrit et produit par Davies, il aborde le sujet de la perte d’êtres chers. Un album pour exorciser ses traumatismes, qui donne un sens à sa lutte. Alors qu’elle traversait de douloureuses périodes de deuil, elle a trouvé du réconfort dans une série de projets parallèles : l’album In memory of my feelings avec Bernard Butler, en participant à la tournée des Manic Street Preachers sur Resistance is futile puis celle des Simple Minds, avec lesquelles elle a fait 400 concerts. Elle a participé aux albums Big music (2015) et Walk between worlds (2018).

Davies exprime sa douleur et affirme sa foi profonde en l’art. Quatorze morceaux, entrecoupés d’intermèdes au piano intensément mélancoliques. La mort des êtres chers transforme les chansons en cris silencieux qui supportent le poids de la douleur. Davies donne une voix puissante et poignante à son chagrin. The Art of Losing est un disque fort qui vous prend aux tripes. Un album inspiré, bourré de références pointues. Comme par exemple le titre de l’album, emprunté à un poème de l’américaine Elizabeth Bishop, qui entretient l’idée que survivre au chagrin devient plus facile avec la pratique. Un disque qui tire sa force d’un vers du poète Dylan Thomas – Rager, s’enrager contre la mort de la lumière. L’obscurité est un lieu, la lumière est une route.

The Art of Losing ne laisse pas insensible. Un exutoire avec une infinie volonté d’aller de l’avant.

Photo Roberto Foddai

error: Content is protected !!